Lire le chapitre 
consacré à 
Sainte Marguerite d'Youville

extrait du livre 
Habités par sa Parole
 

 

 

Pour approfondir le sujet, 
consulter le livre

Habités par sa Parole
Les vénérables, bienheureux et saints du Canada

Une collaboration entre
Novalis et le Diocèse de Saint-Jean-Longueuil


 

 

Pour en savoir plus, 
consulter le site Web
Dictionnaire biographique du Canada

Sainte Marguerite d'Youville

                                                                                                                                                                                                                                            

Marie-Marguerite Dufrost de Lajemmerais est née à Varennes, le 15 octobre 1701, d’un gentilhomme breton venu au Canada en 1687, Christophe Dufrost de Lajemmerais, et de Marie-Renée Gaultier, fille d’un officier de Carignan. Elle est l’aînée d’une famille de six enfants. Elle n’a que sept ans lorsque son père décède, plongeant toute la famille dans une profonde tristesse. Sa famille connaît alors la misère et sa mère doit attendre six ans avant de recevoir la pension des veuves d’officier. Son grand-père Boucher et sa mère l’inviteront alors à se tourner vers la prière pour y trouver une source de consolation. Ce fut probablement à ce moment que débuta une grande et ardente dévotion à son Père du ciel.

Marguerite va étudier chez les Ursulines de Québec, grâce à l’influence de son arrière-grand-père Pierre Boucher, mais elle devra quitter Québec à l’âge de douze ans pour aider à l’éducation de ses frères et sœurs. Elle épouse François You de la Découverte en 1722, qui se révèlera être un mari volage, égoïste et indifférent. À sa mort, après huit ans de mariage, elle sera responsable des dettes laissées par son mari et aura la charge de deux jeunes enfants.

Au fil de son expérience de vie, à force de contempler combien Dieu est un Père bienveillant et miséricordieux, elle aura la certitude que tous les êtres humains sont frères et sœurs devant Dieu. Elle n’hésitera pas à dénoncer les injustices qui sont faites aux enfants de Dieu, à défendre les grands principes d’égalité et de dignité pour tous les enfants du Père. Elle recueillera des femmes nécessiteuses dans une maison qu’elle loue à Montréal, puis subviendra aux besoins d’un Hôpital en accueillant toutes les misères, multipliera les industries – travaux d’aiguille, confection de vêtements, etc. – et les commerces. Sa porte est ouverte aux prisonniers, aux malades, aux blessés, aux enfants abandonnés. Toute sa vie est donnée.

Le 23 décembre 1771, Marguerite remet son âme entre les mains du Père qu’elle aime tant. Le lendemain de la fête de la Nativité de Notre Seigneur Jésus Christ, les pauvres portent son corps en terre, aidés par les domestiques.

Le 3 mai 1959, le pape Jean XXIII proclame Sœur Marguerite d’Youville la première bienheureuse d’origine canadienne, et lui donne le nom de « Mère  à la charité universelle ». En 1978, la guérison d’une jeune femme atteinte de leucémie myéloblastique a servi de miracle pour la canonisation de Marguerite d’Youville. Une trentaine d’année plus tard, soit le 9 décembre 1990, le pape Jean-Paul II la reconnaît comme un modèle de sainteté pour le monde entier, pour toute l’Église.

Marguerite d’Youville est la première fleur de sainteté aux racines canadiennes. Sa spiritualité pourrait se résumer en trois mots : Père éternel, Pauvreté, Providence. On aurait alors saisi l’essentiel. Elle qui a très peu écrit, sinon des lettres administratives, laisse un héritage colossal qui se reflète particulièrement dans un agir au service des plus malheureux, des exclus, des veuves et des orphelins, des étrangers, des vieillards, dans un grand et fraternel amour. 

Depuis 2010, son tombeau repose au sanctuaire qui lui est dédié à Varennes. Aujourd'hui encore, Marguerite d'Youville sait comprendre, pour les avoir vécues, les situations pénibles qui marquent tant d'enfants orphelins, d'adolescents inquiets de l'avenir, de jeunes filles aux espoirs déçus, d'épouses brimées dans leur amour, de familles monoparentales, de personnes engagées dans les œuvres caritatives et de celles dont la vie est consacrée à Dieu au service de leurs frères et sœurs.

Sanctuaire Sainte-Marguerite-d’Youville 
www.sanctuaireyouville.ca
Pour information : 450 652-2441
info@sanctuaireyouville.ca