Pastorale de la création

 

 

 

Pour obtenir une foule d’outils permettant de faciliter la pastorale de la Création, autant pour la spiritualité, la sensibilisation et l’action. Téléchargez la trousse et inscrivez-vous à l’infolettre mensuelle : www.eglisesvertes.ca

 

Service diocésain :

• Aide à trouver des ressources (communiquez avec le responsable).

• Une journée de formation par année pour le personnel pastoral.

• Une liturgie spéciale vécue dans tout le diocèse (à déterminer).

Responsable : 

Norman Lévesque
Animateur diocésain
 de la pastorale de la Création
norman.levesque@dsjl.org
  

514 937-9176, poste 28

1-877-645-6863, poste 28 (sans frais)
 

Bonne nouvelle! Le diocèse Saint-Jean-Longueuil a été certifié Église Verte


Il est peu connu que la tradition chrétienne enseigne une éthique environnementale par les récits bibliques, les légendes des saints, les prières eucharistiques et les déclarations ecclésiales. D’ailleurs, Le Message du pape Benoit XVI lors du 1er janvier 2010 était intitulé « Si tu veux construire la paix, protège la Création ». Les paroisses de notre diocèse organisent de plus en plus des activités qui permettent de protéger l’environnement qui n’est pas perçu comme un paysage à regarder ou comme une ressource à exploiter, mais comme la Création de Dieu à contempler.

Pourquoi offrir une pastorale de la Création?

1. La contemplation de la Création a une portée spirituelle

En peu de mots, connaître la Création permet de connaître Dieu. Saint Paul écrivait dans sa lettre aux Romains : « Depuis que Dieu a créé le monde, ses qualités invisibles… se voient fort bien quand on considère ses œuvres » (Rm 1, 20).  Combien de fois Jésus a-t-il raconté des paraboles en puisant dans la nature : la vigne, le figuier, couchers de soleil, le roc… C’est pourquoi la pastorale de la Création a une dimension de contemplation, de spiritualité.

2. La crise écologique concerne aussi les chrétiens et l’Église

Lorsque des écosystèmes sont menacés, la Création souffre. Le prophète Jérémie avait même observé la disparition des espèces: « Jusques à quand la terre sera-t-elle en deuil ? … Toute la faune périt à cause de la méchanceté de ses habitants » (Jr 12, 4). Voilà pourquoi la pastorale de la Création sensibilise la communauté chrétienne aux enjeux environnementaux et elle aide à agir par des gestes individuels et collectifs.

3. Les plus pauvres subissent les déséquilibres en premier

Pendant que les Inuits déplorent la fonte de la glace en Arctique, pendant que les insulaires du Pacifique crient à la montée du niveau de la mer, pendant que habitants des Antilles doivent reconstruire après des ouragans plus dévastateurs, pendant que les Africains voient l’avancée du désert et que les Indiens s’inquiètent de pénurie d’eau après la fonte des glaciers, nous, que faisons-nous pour ralentir les changements climatiques? L’amour du plus pauvre était au centre de la mission de Jésus. Il a dit : « Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits, qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait ! » (Mt 25, 40). La pastorale de la Création a un souci d’écojustice.

Les trois axes de la pastorale de la Création

Spiritualité : C’est de contempler la Création et de célébrer le Créateur, d’entrer en relation avec les créatures et de les aimer comme Dieu les aime. Cet axe touche particulièrement la liturgie et les catéchèses.

Sensibilisation : C’est d’expliquer les enjeux environnementaux, tels que les changements climatiques et la crise de la biodiversité, afin de mieux les comprendre. Cet axe touche particulièrement les activités paroissiales en dehors des célébrations, mais aussi les publications internes en Église.

Action : C’est d’agir afin de réduire l’empreinte écologique de la communauté chrétienne par l’efficacité énergétique du bâtiment, le recyclage, le nettoyage avec des produits écologiques, l’entretien extérieur, le transport durable et l’alimentation. Cet axe touche particulièrement les marguilliers de la Fabrique, mais elle peut rassembler les paroissiens lors d’une activité paroissiale.

Les dix étapes d'un virage vert en paroisse

1. Comité vert : Inviter des membres de la communauté (dont un jeune!) à faire partie d’un comité vert. Il faut d’abord dresser une liste des gestes qui se font déjà, puis les valoriser. Ensuite, effectuer un remue-méninge afin de déterminer comment sensibiliser la communauté. Le programme Église verte [lien www.EgliseVerte.ca ] peut vous aider dès le départ.

2. Politique environnementale : Toute institution sérieuse du 21e siècle a une politique environnementale qui sert à orienter les achats, la gestion des déchets, les choix internes. Votre paroisse ne devrait pas faire exception!

3. Capsules écolos : Il est tout simple d’inclure des capsules écolos dans le semainier paroissial. Elles démontrent que ce sujet est devenu un souci pour la communauté et elles stimulent l’action chez les individus.

4. Un premier pas : La culture d’une Église ne change pas en claquant des doigts, c’est pourquoi il faut commencer par un petit pas. La plupart des églises commencent par placer des bacs de recyclage dans chaque salle ou acheter des ampoules fluocompactes.

5. Plan d’action : Les résolutions sont de bonne foi, mais chacune doit être gérée par une personne responsable et une échéance. Il est mieux d’étaler dans le temps afin que personne ne s’épuise et que les nouveautés s’intègrent.

6. Dimension spirituelle : Le virage vert doit être un sujet d’homélie. Quand de plus en plus de gens saisissent que la protection environnementale est une valeur biblique,  la pastorale de la Création commence à grandir. Au besoin, faites appel à Gardiens de la Création www.GardiensCreation.org

7. Sensibiliser : Certains invitent des conférenciers ou ils projettent un film pour amorcer une discussion. D’autres font une série de rencontres sur le thème de la foi et l’environnement. De plus, il est très utile de saisir l’occasion de participer à des campagnes de sensibilisation.

8. Vie de quartier : On rejoint plus de gens et on accomplit plus quand on crée des partenariats plutôt que de tenter de tout faire par nous-mêmes. Certaines églises organisent même une Éco-Foire annuelle qui implique les groupes locaux.

9. Communiquer sa vision : Écrire aux journaux locaux, faire un documentaire, peindre une murale. Bref, montrer aux autres afin que la mission se propage et continue.

10. Célébrer : Célébrer la Création de Dieu au moins quatre fois par année. Vivre des liturgies spéciales intégrant la contemplation, la sensibilisation et l’engagement. En été, il est même possible de se rassembler dehors pour apprécier la beauté de la Création.

Église verte

 

 

 

Pour obtenir une foule d’outils permettant de faciliter la pastorale de la Création, autant pour la spiritualité, la sensibilisation et l’action. Téléchargez la trousse et inscrivez-vous à l’infolettre mensuelle : www.eglisesvertes.ca

 

Service diocésain :

• Aide à trouver des ressources (communiquez avec le responsable).

• Une journée de formation par année pour le personnel pastoral.

• Une liturgie spéciale vécue dans tout le diocèse (à déterminer).

Responsable :

Norman Lévesque
Animateur diocésain
de la pastorale de la Création
norman.levesque@dsjl.org

Téléphone (prog. Église verte):
T: 514 937-9176, poste 28
T: 1-877-645-6863, poste 28 (sans frais)
F: 514 937-4986