Les vocations

Faire un don pour soutenir les vocations

Pour faire un don, compléter ce formulaire et le faire parvenir au:

Diocèse de Saint-Jean-Longueuil (Pastorale des vocations) 

740, boulevard Sainte-Foy, 

Longueuil, (Québec)

J4J 1Z3

 

 

 

Responsable diocésaine

de la pastorale des vocations

Céline Wakil

celine.wakil@dsjl.org

450 679-1100 poste267

 

Secrétaire: Louise Thivierge

louise.thivierge@dsjl.org

450 679-1100 poste 281

 

 

 

 

Pour avoir les dernières nouvelles des vocations,

lisez la dernière édition du Voca-lien

ou les éditions précédentes 

en cliquant sur les onglets ci-dessous.

 

Le Voca-lien

pdf

Publication de 2016

Voca-liens Printemps 2016

pdf

Publication de 2015

Voca-lien Printemps 2015

pdf

Publication de 2014

Voca-lien Printemps 2014

pdf

Publication de 2013

Voca-lien Printemps 2013

pdf

Publications de 2012

Voca-lien Automne 2012

pdf

Voca-lien Printemps 2012

pdf

Publication de 2011

Voca-lien Automne 2011

 

 

La pastorale des vocations

Pour tout baptisé, la vie chrétienne consiste à se rendre sans cesse plus attentif à l’appel que Dieu lui adresse personnellement, et à apporter une réponse à cet appel. Nous sommes invités à entrer dans la communion de Dieu et c’est ce en quoi consiste la vocation fondamentale et commune à la sainteté. La pastorale des vocations dans le diocèse de Saint-Jean-Longueuil est de susciter une culture de l’appel comme une responsabilité commune. 

Différentes portes sont proposées pour développer la culture de l’appel : 

  • Comment susciter une pastorale de l’appel?
  • Lieux pour trouver de l’information sur les différentes vocations dans l’Église

La pastorale de l'appel

Dans mon cheminement de foi, une question revient souvent:

DIEU M'APPELLE...

Votre vie est un « livre dont vous êtes le héros ». Sauf qu’elle ne vient pas avec un manuel d’instruction ! Alors, comment savoir si Dieu m’appelle vraiment ? Et une fois que j’ai décidé de me lancer, où vais-je ? Quel chemin j’emprunte ? Plus loin dans ma réflexion, comment vais-je vers l’autre ? Est-ce que je témoigne de ma vie ? On peut être vite dépourvu face à ces questions existentielles. Mais des lieux et activités sont mises en place pour discerner l’appel :

  • L’accompagnement individuel
  • L’itinéraire spirituel
  •  

Il y a diverses ressources aussi :

  • Vivre pleinement sa vie de baptisés ? Il y a tellement de choses à faire! Vaut mieux entrer en contact avec sa paroisse pour voir ce qui s’offre à nous
  • Célibataires ? Groupe Facebook pour célibataires catholiques entre 25 et 50 ans 
  • Mariage ? Consultez la section pastorale du mariage.

Devenir prêtre, diacre ou entrer en vie religieuse ? C’est un cheminement tellement personnel qu’il vaut mieux s’écrire ou lâcher un coup de fil pour en discuter. Appelez votre curé, votre agent.e de pastorale ou au centre diocésain !

 

Il existe un recueil réflexif et détaillé sur la pastorale de l’appel.

 [METTRE UN HYPERLIEN POUR UN PDF – car le site web ne sera peut-être pas toujours actif] :

http://www.cccb.ca/site/images/stories/pdf/plan_pastoral_pour_favoriser_les_vocations_en_amerique_du_nord.pdf

 

 

Le prophète Jérémie, dans la Bible, n’est encore qu’un gamin quand Dieu l’appelle. Il vit à une époque troublée; son peuple a été déporté. Jérémie est tellement convaincu qu’il n’est pas la bonne personne pour répondre à l’appel de Dieu qu’il répond qu’il est trop jeune pour parler en public ! L’appel de Dieu nous réserve bien des surprises J [N’IMPORTE QUEL ÉMOTICÔNE CLIN D’ŒIL, LIBRE DE DROIT]

 

« Je reçus cette parole du Seigneur : « Je te connaissais avant même de t'avoir formé dans le ventre de ta mère ; je t'avais mis à part pour me servir avant même que tu sois né. Et je t'avais destiné à être mon porte-parole auprès des nations. » Je répondis : « Hélas ! Seigneur Dieu, je suis trop jeune pour parler en public. » Mais le Seigneur me répliqua : « Ne dis pas que tu es trop jeune ; tu devras aller voir tous ceux à qui je t'enverrai, et leur dire tout ce que je t'ordonnerai. » (Jr 1, 4-7 – BFC)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« les vocations en Église sont comme cette image : coloris, multiples, il y a des femmes et des hommes, les opinions sont variées, bref, la diversité est au rendez-vous ! »]

 

 

Vous avez des questions ?

Contactez Céline Wakil : celine.wakil@dsjl.org ou par téléphone au 450-679-1100 poste 267.

 

 

 

Vous avez des questions ?

Contactez Céline Wakil : celine.wakil@dsjl.org ou par téléphone au 450-679-1100 poste 267.

 

Vous avez des questions?

Communiquez avec Céline Wakil : celine.wakil@dsjl.org ou par téléphone au 450-679-1100 poste 267.

Commission diocésaine de la pastorale des vocations

Commission diocésaine de la pastorale des vocations qui explore de nouvelles manières de travailler la terre

La Commission diocésaine de la pastorale des vocations a été constituée en 2001 par l'évêque émérite du diocèse, Mgr Jacques Berthelet, C.S.V., à l’occasion du troisième Congrès continental sur les vocations qui s’est tenu à Montréal en avril 2002. Le mandat donné par l'évêque est de définir des pistes d’actions pour susciter une culture des vocations dans notre diocèse, aider le peuple de Dieu à mieux poursuivre sa mission pastorale des vocations dans le monde de ce temps.

 

Les membres de la Commission diocésaine des vocations  sont nommés par notre évêque: un prêtre, un religieux et/ou une religieuse, une agente de pastorale et la personne responsable des vocations. Pour cette année, les  membres sont Sœur Nicole Alarie, s.s.c.j., Mme Ingrid Le Fort, agente de pastorale et Mme Céline Wakil, responsable des vocations.


Ingrid Le Fort

 

« Je suis originaire de l’Ontario et je vis au Québec depuis une dizaine d’années. Depuis mon enfance, j’ai toujours été engagée bénévolement dans ma paroisse avec ma famille. J’ai longtemps rêvé d’être missionnaire. À l’âge de 20 ans, j’ai visité une mission pendant 6 mois et cela a eu un grand impact sur ma vie. Je suis toujours à l’écoute de l’esprit pour discerner la volonté de Dieu dans ma vie. À travers mon parcours, j’ai eu l’occasion d’étudier à Toronto, à Ottawa, au Mexique, en France, à Montréal et à Québec. Je suis reconnaissante envers Dieu de tout ce qu’il a mis sur mon chemin: des témoins, des épreuves, des défis et un sens d’appartenance profonde à cette grande famille qu’est notre Église.  Depuis plus de 5 ans, je fais partie de la commission diocésaine des vocations. J’ai accepté sans hésitation, car j’aime notre église et je souhaiterais que les gens puissent se mettre à l’écoute de l’appel de Dieu davantage. J’ai eu plusieurs modèles dans ma vie, parmi eux il y a saint François et sainte Thérèse qui m’ont influencée dans ma spiritualité et ma façon de voir ce monde. Après avoir travaillé plusieurs années à temps plein en paroisse, je travaille surtout dans un collège privé et je continue à faire du bénévolat dans mes paroisses. »

Journée mondiale de prière pour les vocations

 
Message de Benoît XVI pour la Journée mondiale de prière pour les vocations
 

Nous sommes appelés à donner notre vie sans relâche au service de l’évangile que notre vie soit un appel à plus  dans le service et dans le témoignage joyeux de l’amour de Dieu pour nous.

 

29 AVRIL 2012 - IVe DIMANCHE DE PÂQUES

MESSAGE DU SAINT-PÈRE POUR LA XLIX JOURNÉE MONDIALE? DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS

Thème: Les vocations, don de l'Amour de Dieu.

 

Chers frères et sœurs,

La 49ème Journée Mondiale de Prière pour les Vocations, qui sera célébrée le 29 avril 2012, quatrième dimanche de Pâques, nous invite à réfléchir sur le thème : Les vocations, don de l’Amour de Dieu.

La source de tout don parfait est Dieu Amour – Deus caritas est – :  « celui qui demeure dans l’amour, demeure en Dieu et Dieu en lui » (1 Jn  4, 16). L’Écriture Sainte raconte l’histoire de ce lien originel entre Dieu et l’humanité, qui précède la création elle-même. Saint Paul, écrivant aux chrétiens de la ville d’Éphèse, fait monter un hymne de reconnaissance et de louange au Père, Lui qui, avec une infinie bienveillance, met en œuvre, au cours des siècles, son dessein universel de salut, qui est un dessein d’amour. Dans son Fils Jésus – affirme l’Apôtre – Il « nous a choisis avant la création du monde, pour que nous soyons, dans l’amour, saints et irréprochables, sous son regard » (Ep 1, 4). Nous sommes aimés par Dieu “avant” même de venir à l’existence ! Mû exclusivement par son amour inconditionnel, Il nous a “créés de rien” (cf. 2M 7, 28) pour nous conduire à la pleine communion avec Lui.

Saisi d’émerveillement devant l’œuvre de la Providence divine, le psalmiste s’exclame : « A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, pour que tu en prennes souci ? » (Ps 8, 4-5). La vérité profonde de notre existence est ainsi contenue dans cet étonnant mystère : chaque créature, en particulier chaque personne humaine, est fruit d’une pensée et d’un acte de l’amour de Dieu, amour immense, fidèle, éternel (cf. Jr 31, 3). Découvrir cette réalité change véritablement notre vie en profondeur. Dans une page célèbre des Confessions, saint Augustin exprime avec une grande intensité sa découverte de Dieu, suprême beauté et suprême amour, un Dieu qui lui avait été toujours proche, auquel il ouvrait enfin son esprit et son cœur pour être transformé : « Bien tard je t'ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard je t'ai aimée ! Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors. C’est là que je te cherchais. Tout disgracieux, je me ruais sur tes gracieuses créatures. Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi. Loin de toi, elles me retenaient, elles qui ne seraient, si elles n’étaient en toi. Tu m’appelas, crias, rompis ma surdité. Tu brillas, et ta splendeur a ôté ma cécité ; tu répandis ton parfum, je respirai, je soupirai, je t’ai goûté, et j’eus faim et soif ; tu m’as touché, et je brûlai du désir de ta paix. » (X, 27.38). Par ces images, le saint Évêque d’Hippone cherche à décrire le mystère ineffable de la rencontre avec Dieu, avec son amour qui transforme toute l’existence.

Il s’agit d’un amour sans réserve qui nous précède, nous soutient et nous appelle tout au long du chemin de la vie et qui s’enracine dans l’absolue gratuité de Dieu. Se référant en particulier au ministère sacerdotal, mon prédécesseur, le Bienheureux Jean-Paul II, affirmait que « tout acte ministériel, en même temps qu'il conduit à aimer et à servir l'Église, pousse à mûrir toujours davantage dans l'amour et dans le service du Christ Tête, Pasteur et Époux de l'Église; cet amour se présente toujours comme une réponse à l'amour prévenant, libre et gratuit de Dieu dans le Christ » (Exhort. apost. Pastores dabo vobis, 25). Chaque vocation particulière naît, en effet, de l’initiative de Dieu, est don de l’amour de Dieu ! C’est Lui qui fait le “premier pas”, non à cause d’une particulière bonté rencontrée chez nous, mais grâce à la présence de son amour « répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint » (Rm 5, 5).

En tout temps, à la source de l’appel divin, il y a l’initiative de l’amour infini de Dieu, qui se manifeste pleinement en Jésus Christ. Comme je l’ai écrit dans ma première Encyclique Deus caritas est : « En fait, Dieu se rend visible de multiples manières. Dans l’histoire d’amour que la Bible nous raconte, Il vient à notre rencontre, Il cherche à nous conquérir – jusqu’à la dernière Cène, jusqu’au Cœur transpercé sur la croix, jusqu’aux apparitions du Ressuscité et aux grandes œuvres par lesquelles, à travers l’action des Apôtres, Il a guidé le chemin de l’Église naissante. Et de même, par la suite, dans l’histoire de l’Église, le Seigneur n’a jamais été absent : il vient toujours de nouveau à notre rencontre – par des hommes à travers lesquels il transparaît, ainsi que par sa Parole, dans les Sacrements, spécialement dans l’Eucharistie » (n. 17).

L’amour de Dieu demeure pour toujours, il est fidèle à lui-même, à la  « parole édictée pour mille générations » (Ps 105 [104], 8). Il faut donc ré-annoncer, spécialement aux nouvelles générations, la beauté attrayante de cet amour divin, qui précède et accompagne : c’est lui le ressort secret, la motivation qui ne fait jamais défaut, même dans les situations les plus difficiles.

Chers frères et sœurs, c’est à cet amour que nous devons ouvrir notre vie, et c’est à la perfection de l’amour du Père (cf. Mt 5, 48) que Jésus Christ nous appelle chaque jour! Le haut degré de la vie chrétienne consiste en effet à aimer “comme” Dieu ; il s’agit d’un amour qui se manifeste dans le don total de soi, fidèle et fécond. A la prieure du monastère de Ségovie, peinée par la situation dramatique de la suspension dont il était l’objet au cours de ces années, saint Jean de la Croix répond en l’invitant à agir selon le dessein de Dieu : « Ne pensez à rien d’autre, sinon que tout est disposé par Dieu ; et là où il n’y a pas d’amour, mettez l’amour et vous récolterez l’amour » (Lettre, 26).

C’est sur ce terrain d’oblation ouverte à l’amour de Dieu et fruit de cet amour, que naissent et grandissent toutes les vocations. Et c’est en puisant à cette source dans la prière, avec une fréquentation assidue de la Parole et des Sacrements, particulièrement l’Eucharistie, qu’il est possible de vivre l’amour envers le prochain dans lequel on apprend à découvrir le visage du Christ Seigneur (cf. Mt 25, 31-46). Pour exprimer le lien inséparable qui relie ces “deux amours”– l’amour envers Dieu et celui envers le prochain – jaillissant de la même source divine et orientés vers elle, le Pape saint Grégoire le Grand recourt à l’exemple de la jeune pousse :  « Dans le terrain de notre cœur, [Dieu] a d’abord planté la racine de l’amour envers Lui, et puis, comme une frondaison, s’est développé l’amour fraternel » (Moralium Libri, sive expositio in Librum B. Job, Lib. VII, cap. 24, 28; PL 75, 780D).

Ces deux expressions de l’unique amour divin, doivent être vécues avec une particulière intensité et pureté de cœur par ceux qui ont décidé d’entreprendre un chemin de discernement vocationnel vers le ministère sacerdotal et la vie consacrée ; elles en constituent l’élément caractéristique. En effet, l’amour pour Dieu, dont les prêtres et les religieux deviennent des images visibles – même si elles sont toujours imparfaites – est la motivation de la réponse à l’appel à une consécration spéciale au Seigneur par l’Ordination presbytérale ou la profession des conseils évangéliques. La vigueur de la réponse de saint Pierre au Divin Maître : « Je t’aime, tu le sais » (Jn 21,15), est le secret d’une existence donnée et vécue en plénitude, et par là comblée d’une joie profonde.

L’autre expression concrète de l’amour, celui envers le prochain, surtout envers les plus nécessiteux et les plus souffrants, est le meilleur ressort qui fait du prêtre et de la personne consacrée, un artisan de communion entre les gens et un semeur d’espérance. Le rapport des consacrés, spécialement du prêtre, à la communauté chrétienne est vital et devient aussi une part fondamentale de leur horizon affectif. A ce sujet, le saint Curé d’Ars aimait répéter : « Le prêtre n’est pas prêtre pour lui. […] il l’est pour vous. » (Le Curé d’Ars. Sa pensée – Son cœur,  Foi Vivante, 1966, p. 100).

Chers frères dans l’épiscopat, chers prêtres, diacres, consacrés et consacrées, catéchistes, agents pastoraux, et vous tous qui êtes engagés dans le domaine de l’éducation des nouvelles générations, je vous exhorte avec une vive sollicitude à vous mettre à l’écoute attentive de tous ceux qui à l’intérieur des communautés paroissiales, des associations et des mouvements perçoivent les signes d’un appel au sacerdoce ou à une consécration particulière. Il est important que dans l’Église se créent les conditions favorables afin que puissent éclore beaucoup de ‘oui’, comme autant de réponses généreuses à l’appel d’amour de Dieu.

Ce sera la tâche de la pastorale des vocations d’offrir des lignes directrices pour un cheminement fructueux. Un élément central sera l’amour pour la Parole de Dieu, en cultivant une familiarité croissante avec l’Écriture Sainte, et une prière personnelle et communautaire attentive et constante, de manière à être capable d’entendre l’appel divin au milieu de tant de voix qui remplissent la vie quotidienne. Mais par-dessus tout que l’Eucharistie soit le “centre vital” de tout cheminement vocationnel : c’est là que l’amour de Dieu nous rejoint dans le sacrifice du Christ, expression parfaite de l’amour, c’est là que nous apprenons toujours plus à vivre selon le “haut degré” de l’amour de Dieu. Parole, prière et Eucharistie constituent le trésor précieux qui fait comprendre la beauté d’une vie totalement consacrée au Royaume de Dieu.

Je souhaite que les Églises locales, dans leurs différentes composantes, deviennent les “lieux” d’un discernement attentif et d’une vérification approfondie des vocations, offrant aux jeunes gens et aux jeunes filles un sage et solide accompagnement spirituel. De cette manière la communauté chrétienne devient elle-même manifestation de l’Amour de Dieu qui prend soin de tout appel. Une telle dynamique, qui répond aux exigences du commandement nouveau de Jésus, peut trouver une réalisation éloquente et singulière dans les familles chrétiennes, dont l’amour est l’expression de l’amour du Christ qui s’est donné lui-même pour son Église (cf. Ep 5, 32). Dans les familles, « communautés de vie et d’amour » (Gaudium et spes, 48), les nouvelles générations peuvent faire une admirable expérience de cet amour oblatif. En effet, elles sont non seulement le lieu privilégié de la formation humaine et chrétienne, mais elles peuvent représenter « le premier et le meilleur séminaire de la vocation à une vie consacrée au Royaume de Dieu » (Exhort. Apost. Familiaris consortio, 53), en faisant redécouvrir, justement à l’intérieur de la famille, la beauté et l’importance du sacerdoce et de la vie consacrée. Que les pasteurs et tous les fidèles laïcs sachent toujours collaborer afin que se multiplient dans l’Église ces « foyers et écoles de communion » sur le modèle de la Sainte Famille de Nazareth, reflet harmonieux, sur la terre, de la vie de la Sainte Trinité.

Avec ces souhaits, j’accorde de tout cœur la Bénédiction Apostolique à vous, Vénérables Frères dans l’épiscopat, aux prêtres, aux diacres, aux religieux, aux religieuses et à tous les fidèles laïcs, en particulier aux jeunes gens et jeunes filles qui se mettent avec un cœur docile à l’écoute de la voix de Dieu, prêts à l’accueillir avec une adhésion généreuse et fidèle.

Du Vatican, le 18 octobre 2011

BENEDICTUS PP. XVI

Piste d’homélie
Proposition pour une animation

Informations

 

Soutenir les vocations par la prière et les dons

Prière pour les vocations

« La moisson est abondante, et les ouvriers peu nombreux : priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson! » Mt9,7

Dieu notre Père, donne à ton Église qui est à Saint-Jean Longueuil d'entendre les appels qui viennet de toi et le courage d'y répondre. Donne-lui des pasteurs selon ton coeur et des personnes consacrées à suivre ton Fils dans la forme de vie qui fut la sienne. Éveille chez les fidèles laïques le goût de servir ton Église, particulièrement dans l'éveil et la croissance de la foi des jeunes par une évangélisation et une catéchèse qui leur permettent de rencontrer le Christ vivant. Lui qui vit et règne avec toi dans la communion de l'Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Message de notre évêque aux Associés dans la prière

À vous qui êtes associés dans la prière au Maître de la moisson pour que notre Église reçoive constamment les ouvriers dont elle a besoin pour accomplir sa mission, je souhaite la force et la persévérance de garder vive la préoccupation de soutenir le mouvement de prière qui nous unit et la joie de voir exaucée cette prière.

Des personnes entendent l’appel du Seigneur, réfléchissent, font des pas chaque année. Cela se fait discrètement, mais de façon suffisamment sérieuse pour que nous puissions croire que notre prière n’est pas faite en vain.  Des candidats nous viennent, d’ici et d’ailleurs, et envisagent sérieusement de consacrer leur vie au Seigneur et au service de l’Église. Ces signes qui nous sont donnés nous gardent dans l’espérance. Que notre prière se fasse aussi action de Grâce non seulement pour ces candidats qui se présentent à notre Église, mais pour tous ceux qui, avec beaucoup de générosité, dans des conditions parfois difficiles, poursuivent leur service d’église. Eux aussi ont besoin du soutient de notre prière.

Je vous exprime ma plus vive gratitude pour le service de la prière que vous rendez à notre Église. Que le Seigneur vous apporte consolation et joie intérieure, qu’il vous bénisse et vous garde, qu’il fasse rayonner sur vous sa lumière!

† Lionel Gendron
Évêque de Saint-Jean-Longueuil

Qui sont les Associés dans la prière?

Dans le diocèse un groupe de 1000 personnes se sont engagés à prier pour les vocations. Cette intention est au cœur de leur prière quotidienne. Prier pour les vocations c’est aussi prier pour ceux et celles qui ont déjà répondu à l’appel et qui ont besoin du support de nos prières dans leur action pastorale, dans leur vie de foi, sur ce chemin de sainteté.

Comment devenir Associés dans la prière?

Pour  vous inscrire il suffit d’envoyer un courriel à celine.wakil@dsjl.org et deux fois par année nous vous ferons parvenir un petit journal de nouvelles des vocations le Voca-lien.  Si vous êtes déjà inscrit au club des 31 vous devenez membre automatiquement.

Pour faire un don: formulaire à remplir

Activités de ressourcement

Pèlerinages et autres activités

 

 

 

Vivre l'expérience de l'Itinéraire spirituel

Marcher sur les pas de nos maîtres spirituels chrétiens

Prochain pèlerinage: 24-26 mai 2012

 

 

À toi qui as le goût de vivre cette expérience,


De nos jours, plusieurs personnes souhaitent enrichir leur vie intérieure et les sollicitations sont nombreuses pour puiser ailleurs que dans l’expérience chrétienne une réponse à leur désir. Tous nos grands mystiques sont-ils devenus inconnus ; sainte Thérèse d’Avila, saint Benoît, saint François, saint Bonaventure, saint Ignace de Loyola, saint Dominique…, sans parler de nos contemporains Jean Vanier, Charles de Foucault, mère Teresa…?

Vivre l’expérience de l’Itinéraire spirituel est un privilège… Elle nous fait entrer dans un autre monde, un monde à la fois spirituel, d’Église, de don de soi, d’incarnation, d’amour. C’est vivre autrement... dans l’aujourd’hui.

L’expérience de chaque Itinéraire spirituel est particulière et vécue de façon différente pour chaque groupe et pour chaque participant. Elle dépend pour chacun de son expérience, de son cheminement, de sa personnalité, de son désir et de ses attentes.

Pendant ces trois jours, Dieu est là, il nous attend, allons à sa rencontre. Ainsi, je garde silence sur ce que l’on va faire, les personnes que l’on va rencontrer, pour laisser à chacun la possibilité de vivre le moment présent avec ce qui l’habite.

Je vous accompagne dans la prière en demandant que l’Esprit de Dieu nous précède et marche avec nous.   

Rendons grâce à Dieu pour tant de bonté!

Sur les pas de nos maîtres spirituels chrétiens

Une invitation surprenante! À partir à l'aventure vers des rencontres imprévues et se laisser surprendre et accueillir. À venir marcher sur les pas de nos maîtres spirituels pour aller à la rencontre de ces chercheurs de Dieu. À prendre du temps, et à faire confiance au Vent qui souffle...

Cette expérience de trois jours est proposée aux agents, agentes de pastorale, catéchètes, collaborateurs, bénévoles, jeunes adultes, etc.Deux pèlerinages sont prévus les 24, 25 et 26 mai 2012. Il est important de t’inscrire dès que possible.Avec joie je ferai route avec toi! Unis dans la prière

Céline Wakil

Voici quelques repères pour se mettre en route:

 

1. Le point de rassemblement est au presbytère ____ à confirmer. On nous attend pour déjeuner. Tu pourras laisser ton auto sur place pour les trois jours. Nous partons avec un minibus, groupe de 8 à 12 personnes maximum.

2. Le retour est prévu à la troisième journée, en fin d’après-midi, vers 17 h.

 

3. Les frais du pèlerinage sont de 150 $ comprenant repas, coucher, transport et personnes invitées. Si les frais de cette activité sont pour toi un empêchement à vivre cette expérience, tu peux m’en parler. Cette activité en est une de ressourcement et de formation. Un dépôt sera exigé lors de l’inscription au montant 25 $.

4. Pour ce qui est des choses à apporter, il est important d’avoir peu de bagages : un sac à dos, des vêtements appropriés pour les sorties à l’extérieur, sobres et vieillots, des souliers de marche, un sac de couchage et matelas de sol confortables.

5. Je propose, sans obligation de ta part, d’apporter avec toi quelques articles qui peuvent être distribués aux plus démunis (bas sport en coton, couverture, dentifrice et brosse à dents).

6. Le plus léger tu auras, le plus heureux tu seras. Je t’invite à prier pour ce projet, ce lieu de rencontre et à inviter des gens à prier avec toi. Il est bon de s’arrêter pour entendre, voir et se laisser parler… Essaye de te rendre indisponible et de laisser derrière toi toutes tes préoccupations: la maison, le travail, tes engagements. Ils peuvent être confiés au Seigneur tout simplement.